Visiteurs: 133757
Aujourd'hui: 18
 
Rss Autour du Hohneck

Sommaire:

 
Caractéristiques :

Circuit facile d'environ 7 km en 2 heures
+ rallonge éventuelle de 2 km + arrêts.

Dénivelé : environ 130 mètres
Bonnes chaussures conseillées

Départ et Parking aux Trois Fours (comme expliqué ci-dessous)

Accès par Thann-Col Amic - route des Crêtes
ou par Colmar-Munster-Schlucht-route des Crêtes.


A ceux qui n’accèdent qu’en voiture au Hohneck, la montagne ne donnera rien. Ce massif, façonné par les glaces voilà 12000 ans, dévoilera cependant d’inépuisables beautés à ceux qui l’abordent par les jambes et le cœur. Nous irons donc dénicher à pied, au coin d’un sentier, des sites authentiques et découvrir un éventail exceptionnel de sensations. Nous retrouverons en altitude le contact de la rudesse et l’authenticité de la montagne.

Marcher est de toute façon vivifiant et la plus belle manière de découvrir les beautés de la nature. C’est aussi le plus simple. On s’appartient, on est libre, on est heureux, on est tout entier à la nature ; rien ne gêne, rien ne retient.

Je vous propose une randonnée des plus pittoresque avec départ en altitude, facile et de faible dénivelé. A condition que la météo soit favorable, vous vivrez une magnifique journée dans un des plus beaux sites des Vosges.



2002 - Léon NATTER



Descriptif de l'itinéraire :



Parking et départ sur le chemin des Trois Fours à la lisière de la hêtraie, à 300m de la route des Crêtes et environ 500m de la ferme-auberge.

Aux poteaux de signalisation et du cercle vert avec indication « Ici Chaumes des Trois Fours », altitude 1230m, nous passerons la chicane à droite et nous nous engageons dans le chemin de terre (triangle bleu) vers l’Est à travers la chaume des Trois Fours. Après 400m, un tourniquet et 20m plus loin un point de vue, altitude 1222m, absolument sensationnel au bord du cirque de Frankenthal, avec la ferme et la mare au fonds. Un banc nous invite à un arrêt pour admirer le panorama qui s’offre à nos yeux. Derrière nous, ferme et refuge des Trois Fours, les Spitzenfels de la Schlucht, l’Altenberg, Stosswihr, Soultzeren, Hohrod et la vallée de Munster. Devant nous à gauche, le Stolz-Ablass, le Rothried et le Blaufels. Droit devant, le Schaeferthal entre le Grand et le Petit Hohneck et à notre droite la fameuse Martinswand avec ses rochers d’escalades. A nos pieds, un petit rocher derrière lequel passe un beau petit sentier qui descend sur le sentier des roches reliant le Frankenthal au col de la Schlucht. Au fonds du cirque, la ferme-auberge du Frankenthal et l’étang noir de la tourbière dénommé aussi « d’Schwarze Lach ».

Nous nous engageons dans le sentier pour remonter à notre droite le long de la corniche. Nous ne cesserons de jeter un coup d’oeil sur les falaises de la Martinswand et entrons peu après dans la hêtraie pour en ressortir, après quelques minutes, sur la saignée de la chaume en face du parking de nos voitures.

Remontant le chemin de terre, nous passons d’abord une barrière en bois, puis un tourniquet à l’entrée de la hêtraie. Le chemin est raviné et comporte une vingtaine de marche espacées de quelques mètres destinés à freiner les eaux de pluies.

Nous mettons 7’ pour sortir de la hêtraie et ignorons désormais le chemin, pour longer l’étroit sentier de la corniche qui part sur notre gauche. Quelques rochers émergeants du sol peuvent nous servir d’assise pour contempler le super panorama qui s’étale à nos pieds. Au loin s’étire la chaume des Trois Fours où luit le banc du point de vue que nous avons délaissé voici 20’.

Nous suivons la corniche en direction du Hohneck. Le toit pointu du chalet-restaurant du sommet coiffe la montagne devant nous. Les rochers d’escalade et les falaises qui entourent le cirque glaciaire nous transportent dans les régions alpestre et contrastent avec les ballons des Vosges auxquels nous sommes habitués. La hauteur des rochers d’escalades est de 105m. Les falaises sont équipées pour 60 voies aux normes moderne de 1990. La longueur des cordes conseillée est de 40 à 50m. La dénivelée des voies varie entre 40 et 80m. Après la sortie des corniches nous continuons sur le chemin raviné à travers la chaume pour rejoindre le Col du Falimont, altitude 1239m.

Depuis le col nous montons vers le Hohneck en longeant les corniches du Frankenthal (rectangle rouge) pendant 6’ sur un chemin rocailleux, raviné par les intempéries. Nous ne cessons de contempler le magnifique cirque avec ses rochers tout en cherchant à dénicher des chamois sur les pentes de la montagne.

A notre droite s’étend la chaume du Hohneck. A notre gauche le sentier suit le rebord des falaises du Frankenthal. La vue est absolument fantastique. Le sentier devient maintenant agréable et suit le flanc de la chaume sur du sable fin. Çà et là émergent du gazon quelques petites roches rondes polies par l’érosion et quelques oiseliers rabougris. Nous passons à côté d’un piton d’un mètre carré sur notre gauche, à raz du sol, au bord de la falaise, constituant un magnifique point de vue. A nos pieds, la tourbière et la ferme du Frankenthal. Dommage que le projet de consolidation et de restauration de la ferme n’ait pas abouti à cause de quelques rares fleurs alpines qui poussent dans le site !

Nous aurons marché 10’ depuis le Falimont. Le toit pointu du chalet-restaurant du sommet émerge un moment de la chaume, mais s’éclipse rapidement. Nous laissons sciemment de côté la montée au sommet et continuons à filer à l’horizontal le long de la corniche qui nous procure un émerveillement constant. Encore 10’ et voilà qu’apparaît au lointain, sur le col entre les deux Hohneck, le refuge Schaeferthal. Nous aurons fait 1,5 km depuis le Falimont.

Attention, nous ne descendons pas au refuge du Schaeferthal qui ne présente pas un intérêt particulier et bifurquons à droite vers les corniches du Wormspel sur une mince sente en herbe à l’horizontal qui coupe la ligne des piquets de ski de fonds et contourne le sommet. D’innombrables gentianes jaunes couvrent le gazon en cet endroit. Nous atteignons le chemin raviné et caillouteux qui monte du Schiessroth au Hohneck, mais qui ne nous intéresse non plus. Nous tenons à longer les corniches et passons devant une fontaine sur notre droite. Changement de décors ! Arrivé à un point de vue au bord des falaises du Wormspel, nos regard plongent sur le vallon de la Wormsa avec le lac du Schiessrothried qui scintille au soleil. Devant nous les Spitzköpfe. A notre gauche, le Petit Hohneck (1298m) avec la ferme-auberge du Schiessroth (1142m) accrochée sur son flanc, laquelle est tenue en été par les époux Schubnel, fermiers du Frankenthal. En face, au loin, la vue porte sur le Petit Ballon, la ferme-auberge du Rothenbrunnen, le Schnepfenried.

Nous gardons la gauche du sommet du Hohneck qui culmine à 1363m et restons sur la corniche en contrebas du restaurant. La vue s’étend sur le Kastelberg (1350m) à droite des Spitzköpfe, au sommet duquel se trouve l’arrivée d’un téléski qui monte par le Breitsouze depuis le lac de la Lande.

Le pittoresque sentier des Névés (Schwalbennester) qui contourne le Kastelberg par l’Est se démarque sur la chaume. Il est fort probable que lors de notre randonnée ce sentier sera encore pris en certains endroits par la neige (fréquente au mois de mai). Trois autres téléskis rejoignent la côte 1262 au dessus du Schmargult à proximité de la route des Crêtes.
Le Kastelberg cache le sommet du Rainko^f (1305m), crête dorsale des Vosges, suivit par les sommets du Rothenbachkopf (1316m) et Batteriekopf (1311m), lesquels décrochent sur la chaîne latérale vers le Markstein et le Grand Ballon.

La descente au Haut du Wormspel (Collet du Hohneck), altitude 1280m, s’effectue en une dizaine de minutes sur un chemin raviné, caillouteux, bordé de roches arrondies par l’érosion, comportant quelques marches de traverse freinant les eaux torrentielles de ruissellement, comme aussi les coulées de terre en cas de pluis. Si le sentier des Névés n’est pas enneigé, nous passerons encore jusqu’à la hauteur du premier Spitzkopf, côte 1309m pour jeter un regard sur la chaîne des Spitzköpfe qui descend jusqu’au belvédère du Lac du Fischboedle. Nous entamerons de là le retour à notre point de départ de la randonnée en rebroussant chemin jusqu’au collet. Un panneau circulaire nous dit qu’ici nous sommes au collet du Hohneck à 1280m d’altitude. Un panneau directionnel indique entre autres le sentier menant au col du Falimont en 15’ . Pour ce faire, nous nous dirigeons au panneau derrière nous avec la mention DANGER à 50m. Nous passons la chicane et prenons tout de suite à droite la sente (rouge-blanc-rouge) à travers la chaume pleine de gentianes qui rejoint la route du sommet. Nous ne cessons d’admirer le panorama qui s’étend vers le Kastelberg, les Spitzköpfe, et à notre droite, le Lac de Longemer.

La route du sommet est atteinte après 200m. La signalisation rouge-blanc-rouge en face sur une petite roche en bordure de la route est accompagnée d’une flèche de descente avec un chiffre 4 (40m), c’est à dire : descendez la route sur 40m puis passer à droite une chicane pour prendre le sentier sur le flanc ouest du Hohneck à travers une chaume bien dense pleine de gentianes, qui nous mène en 15’ au Col du Falimont.

Laissant les corniches du Frankenthal que nous empruntions au départ, nous prenons le chemin (rectangle rouge) de retoour en direct à travers la chaume du Haut de Falimont et à droite des piquets de ski de fonds. Nous mettrons 20’ pour rejoindre les voitures.

 
 
 1  2  3  4 
Page suivante »
Historique du Hohneck 
 
 
Aucune note
Ecrit par: Webmaster Le: 06/02/11


Vous n'êtes pas autorisé à voir les commentaires