Visiteurs: 139464
Aujourd'hui: 39
 
Rss Le Massif du Petit Ballon

Sommaire:

 
Caractéristiques :

Départ en altitude à 1163 m au parking Rothenbrunnen sur la route touristique Luttenbach près Munster, Ried,Petit-Ballon, Sondernach, 300 m au-dessus de la ferme-auberge Kahlenwasen.

Trajet : Difficultés moyennes - Dénivelé de 272 m

Durée de la promenade :
1 petite heure pour le Petit-Ballon avec 2,5 km
2 heures pour le Steinberg avec 7,5 km
soit un parcours total maximum de 10 km en 3 heures

Accès au parking du carrefour Rothenbrunnen du Petit-Ballon :
- soit par la Vallée de Munster en montant la route touristique Luttenbach, Ried, Ferme-auberge Kahlenwasen, Petit-ballon ;
- soit par Wintzenheim, Soultzbach-les-Bains, Wasserbourg, Ried, Petit-Ballon ;
- soit par la Vallée de Munster, Metzeral, Sondernach, Ferme-auberge du Rothenbrunnen et 500m plus haut, le parking du carrefour Rothenbrunnen ;
-soit par la route des crêtes : Markstein, Breitfirst, Schnepfenried, Sondernach, Ferme-auberge Rothenbrunnen, Petit-ballon.

Bonnes chaussures indispensables.



Marcher, c'est retrouver le plaisir d'être à nouveau riche de temps et de liberté, toutes choses dont notre quotidien est de plus en plus avare. Marcher, permet de regarder, d'admirer, d'écouter et de communier avec la nature. Marcher, c'est fuir la comédie du monde, c'est se désencombrer et goûter aux bonheurs de l'élémentaire.

Sur les hauteurs vosgiennes on se sent vivre à travers les pâturages semés de plantes aromatiques, émaillés de fleurs qu'on ne trouve qu'à ces hauteurs : l'anémone pulsatile, la petite pensée des Vosqes, la gentiane jaune, l'arnica, le lichen d'Islande, l'oeillet superbe rose et odorant. On y respire à pleins poumons l'air vif et tonique et à la fin du parcours on est récompensé par une fatigue saine après un effort physique librement consenti.

Cette randonnée dans les Hautes-Vosges sur le Petit-Ballon, altitude 1268m, est incluse dans le système d'orientation du Belchendreieck du temps des Celtes.


2004 - Léon NATTER



Descriptif du parcours :



Le PETIT-BALLON

Nous avons le choix entre la montée en direct très raide sur un sentier caillouteux et une montée en herbe depuis le refuge des Amis de la nature de Guebwiller. Cette dernière solution est retenue en suivant l'itinéraire GR 532 Hilsenfirst-Markstein.

Nous passons la chicane et prenons le chemin caillouteux (rectangle jaune) vers le refuge des Amis de la nature droit devant nous, en ignorant le sentier en herbe à gauche qui monte au sommet le long d'une muraille en roches en 25' avec un dénivelé de 109 mètres. 200 mètres plus loin nous découvrons en contre-bas la ferme-auberge Rothenbrunnen qui tire son nom des roches granitiques fissurées de ces parages qui sont incrustées de paillettes de fer oligiste leur donnant un éclat métallique. Devant nous, une butte avec une petite roche à droite du sentier et le chemin devient presque horizontal pour atteindre après 300m le refuge très costaud des A.N. de Guebwiller, altitude 1200m, qui est en même temps un grand carrefour de sentiers.

Nous nous engageons sur une douzaine de mètres dans le sentier GR 532 DIRECTION Schellimatt-Boenlesgrab pour prendre immédiatement à notre gauche le sentier qui monte en direct au sommet dénudé et austère du Petit-Ballon sur une chaume rase. Le flanc par contre du sommet qui domine le Rothenbrunnen est couvert de genévriers (Rackholder) et de touffes de myrtilles. Quelques arrêts pour souffler sont les bienvenus pour nous permettre d'admirer la nature et le tableau impressionnant des Vosges qui s'étale devant nous depuis le Vieil-Armand (Harmannswillerkopf) jusqu'au Brezouard. Nous atteignons le sommet avec à notre droite un poste d'observation allemand en ruine de la 1ère guerre mondiale, une station télémétrique devant nous, et 10m plus loin la belle statue de la Vierge Reine de la Paix, symbole signifiant de ce début de siècle qui rivalise en vain avec une idole des temps nouveaux L'immense panorama circulaire qui s'ouvre à nos regards ne nous laisse pas indifférent. Il s'étend dans toutes les directions, un régal pour les yeux et l'esprit qui nous fait rêver face aux nuages et leur inépuisable fantaisie, ainsi qu'à la beauté de la montagne vosgienne à laquelle la lumière estivale donne une teinte bleutée. Le Petit-Ballon est certainement le plus beau, le plus merveilleux et le plus ensoleillé belvédère de tout le massif vosgien.

Au Nord on aperçoit le Brezouard et le Donon, la Tête des Faux, le Linge, le Wettstein et les hauteurs de Hohrod ; au Nord-Est le Grand-Hohnack, les Trois Epis, le Galtz, le Haut-Koenigsbourg, le Taennchel ; à l'Est la vallée de Munster avec son chapelet de villages, le Pflixbourg, les ruines blanches du Hohlandsbourg qui émergent de la forêt au dessus de Soulzbach-les-Bais tel un plateau posé sur la montagne, les habitations disséminées de Wasserbourg, le plaine d'Alsace et la Forêt-Noire ; Au Sud-Est on voit Buhl et Guebwiller ; Au Sud, le Hohrupf, le Hartmannswillerkopf et le Grand-Ballon. Certains jours, quand l'air est transparent, on a une grandiose vision des Alpes, guirlande étincellante découpant l'horizon, de l'Autriche au Mont-Blanc ; à l'Ouest ont aperçoit le Hohneck et le profond vallon de Metzeral et au Nord-Ouest le Col de la Schulcht et le Tanet. Nous scrutons également les fameuses roches des sommets tourmentés tout proche du Kegelritz, du Steinberg et du Grithkopf que nous piétinerons dans une demi-heure après la descente du Petit-Ballon.

Après la chicane, nous passons devant la vierge et continuons sur le chemin pierreux qui longe un fossé en herbe, bordé de petits sapins. Nous ignorons le panneau de direction installé 50m plus loin qui indique le chemin vers la ferme-auberge du Strohberg et l'accès direct dans les deux sens du GR 532, rectangle jaune. Nous continuons donc tout droit de longer le fossé jusqu'à une clôture barrant le chemin, extrême limite au bord de la falaise du Buchwaldkopf qui abrite des casemates allemandes de la guerre 1914/18 (voir la présentation). Nous enjambons le fossé à gauche et entamons la descente sur un étroit sentier défoncé, terreux et non fléché à travers les genévriers, les bruyères et les brimbelliers qui dominent le royaume mystérieux des hêtres et des sapins, seigneurs de la forêt. Le sentier mène d'abord dans une clairière avec un abreuvoir en tronc de sapin. La descente raide dans la clairière passe à côté de la fontaine à l'eau fraîche et chantante et mène tout droit dans la forêt de sapins par une chicane. Un panneau indicateur, chevalet rouge, est fixé à un arbre et nous confirme que nous sommes sur la bonne voie. Le sentier dévale la forêt de sapins dans sous-bois plein de mousse tendre et se déverse sur un vieux chemin forestier que nous prenons vers la gauche, à travers une hêtraie rebelle aux vents qui balayent les hauteurs du Petit-Ballon. Encore 8' et nous voilà sur le large chemin qui monte de la ferme-auberge du Strohberg à la route touristique du Petit-Ballon. Nous nous retrouvons 100m plus loin sur le parking du Rothenbrunnen d'où noius sommes partis. Nous aurons alors effectué un parcours d'environ 2 km en une petite heure, compte tenu des arrêts-photos et de coups d'oeil.

Le STEINBERG

Bien mis en jambe, nous montons au Steinberg tout proche, altitude 1169m, impressionnante montagne avec ses menhirs naturels en granit qui ornent la crête. C'est un site paticulièrement intéressant qui offre également des points de vue remarquables.




Depuis le carrefour du Rothenbrunnen, la route touristique est prise vers le haut sur une centaine de mètres. Nous entrons sur le sentier en herbe par la chicane à droite. La montée en pente douce longe la clôture du pâturage. Nous remarquons sur notre droite les ruines d'un abri bétonné allemand de la guerre de 1914/18 et 30m plus loin une butte rocheuse avec les restes d'un autre abri. Un beau coup d'oeil derrière nous mérite un petit arrêt pour contempler la grimpette parcourue lors de la montée au Petit-Ballon, avec à son pied le refuge des Amis de la Nature et en contrebas la ferme-auberge du Rothenbrunnen situé à 1100m d'altitude. Le sentier herbeux incurve dans la cuvette de la vaste prairie et remonte au Kegelritz, altitude 1166m, petit sommet rocheux dans une cacaphonie de genévriers, de myrtilles et de petits sapis rabougris, torturés par les vents et les hivers rigoureux.

Nous passons la chicane pour nous diriger vers le Steinberg (anneau rouge et croix jaune). D'abord une légère descente puis une petite montée qui ondule en zigzag parmi les genévriers et les brimbelliers, infestés de petits rochers, et qui conduit au sommet du Steinberg, altitude 1177m. L'accès s'effectue par la crête, le long d'une clôture de barbelés, et devient délicat les derniers mètres dans un monde étrange et fascinant d'énormes roches granitiques arrondies par l'érosion, qui entravent et barrent notre avancée. Le parcours n'étant pas difficile, exige toutefois une attention particulière au sol tourmenté, d'où prudence dans ce labyrinthe de pierres, pour éviter une foulure ou une mauvaise chute.

Le panorama circulaire qui se dégage du Steinberg est de toute beauté. Nous abandonnons un moment la crête où est caché un petit poste d'observation allemand de la guerre 1914/18. D'abord une légère descente à gauche sur la chaume en cuvette et immédiatement une légère montée au Grothkopf, altitude 1140m. Oh surprise ! D'impressionnantes roches naturelles en granit se dressent à la verticale comme une barrière. Devant nous, d'intéressants rochers, dont certains drôles, vus de loin, ont différentes formes comme par exemple celle d'un crapaud ou d'un doigt pointu vers le ciel.

Nous amorçons une descente de 20' sur une chaume rase, d'abord douce jusqu'à un rocher isolé sur lequel pousse un arbrisseau, puis très rapide sur environ 700m pour atterrir sur un chemin. Nous le suivons à droite en direction du Schoenenklang (anneau rouge), qui contourne par le Nord les trois petits sommets que nous venons de descendre, pour rejoindre la route touristique. Nous apercevons en dessous de nous les deux bâtiments de la fermette Groth et progressons rapidement vers la fermette sinistrée du Schoenenklang, sur un chemin en pente douce, qui devient maintenant sentier sauvage, tantôt sablonneux, tantôt en herbe. Il ondule sur le flanc découvert et pittoresque du Steinberg et aboutit en 20' à la route touristique du Petit_Ballon. Un banc, judicieusement placé après la chicane au bord de la route, nous invite à un petit arrêt. Le beau panorama nous fait rêver. Les fermettes que nous voyons au loin sont parfois flanquées d'un deuxième bâtiment plus petit, aujourd'hui souvent restaurés. Ce sont les anciennes petites marcairies nommées Barischire (granges de montagnes) avec une petite maison d'habitation avec fromagerie, le Malkerkuch. Ces petites marcairies servaient aussi à engranger les réserves de foin. Encore 500m sur route pour rejoindre nos voitures.

 
 
 1  2  3  4 
Page suivante »
Présentation 
 
 
Aucune note
Ecrit par: Webmaster Le: 04/02/12