Visiteurs: 137798
Aujourd'hui: 44
 

Sommaire:

 
Caractéristiques :

Parking : Ferme-Auberge du Treh, altitude 1139m

Trajet : Facile - Dénivelée de 70 m

Durée de la promenade :
- 9 km en 2h30' autour du Trehkopf et du Jungfrauenkopf.

Accès au Markstein :
- soit par Kruth
- soit par Willer s/thur, Grand-Ballon
- soit par Guebwiller
- soit par Munster, Sondernach.

Accès au parking :
- depuis la route Kruth Markstein, par chemin carrossable au refuge des Amis de la Nature, en aval de l'aire d'envol des parapentes et deltaplanes.

Bonnes chaussures conseillées.



Le Markstein est accessible par la Route des Crêtes et par la route de Kruth-Wildenstein depuis le lac de barrage.
Parking et départ à la ferme-auberge du Treh, alt.1139m.



2006- Léon NATTER



Descriptif de l'itinéraire :



Nous prenons le sentier (rouge-blanc-rouge) à droite du chemin d'accès, 30 m après la ferme. Il débouche 300m plus loin sur la route après le passage d'une chicane, à 80 m du parking de l'aire d'envol des parapentes.

Le sentier repart de l'autre côté, balisé sur une petite roche au bord de la route. Il monte la côte du pâturage sur 300 m pour tomber sur un large chemin caillouteux servant de parking aux passionnés de vols libres. Nous passons la barrière droit devant nous et rejoignons 500 m plus loin le chemin carrossable du Treh au Markstein.

Le parcours du chemin offre des points de vue choisis. Des arrêts s'imposent pour admirer le magnifique panorama de la vallée de la Thur avec ses vallons, qui monte depuis la plaine aux cols de Bussang, d'Oderen et du Bramont. Nos regards ne peuvent se détacher du tableau changeant, tantôt intime qui se déroule tout autour de nous, tantôt grandiose du massif du Rossberg et du Ventron.. Vers le Nord, nous remarquons la chaume du Schaffert avec sa ferme-auberge et plus bas l'auberge du Grieb. Au loin, pointe le nez de l'incontournable Rothenbachkopf des Hautes-Chaumes, une des sommités les plus remarquables des Vosges. Encore quelques foulées et la vue porte sur le Kastelberg et le Hohneck, et tout près, sur le Breitfirst, le Klintzkopf et le Lauchenkopf. Le paysage des étendues qui s'étend tout autour de nous fait de la marche une partie de plaisir sans pareille.

De part et d'autre du chemin, la myrtille, dénommée localement brimbelle bleue, a pris possession du sol pauvre de la pente nord du Trehkopf, altitude 1266m. L'activité pastorale très typée de ces maigres landes est caractéristique aux Hautes-Chaumes.

Le Chemin se poursuit sur 600 m, dabord plat, puis en légère montée. Nous découvrons sur notre droite une baignoire en fonte émaillée servant comme abreuvoir, alimenté par une source intarissable. La chaume est envahie ça et là par des sapins isolés ou en îlots. Un chemin caillouteux monte à droite vers le Trehkopf, en face d'un panneau jaune de ski de fond. La douce montée est à son apogée 100 m plus loin. Encore des piquets de barrière et un panneau de ski de fond et nous apercevons sur notre droite un monticule sur le pâturage. Vu de près, il s'agit d'un vieux bunker de la guerre. Nous découvrons maintenant sur notre droite la vaste étendue sz la magnifique chaume arrondie du Trehkopf, entièrement dégagée.

La Route des Crêtes qui serpente 400 m devant nous est atteinte au carrefour de chemins et de sentiers à la côte 1208, en haut du chalet LE POINT, construit par un groupe de jeunes en 1965-1967. Une école de vol libre y a été ouverte depuis, et c'est par le chemin que nous senons de parcourir que les élèves parapentistes rejoignent l'aire d'envol du Treh.

Nous venons de marcher 1,6 km depuis le départ. Deux possibilités pour boucler le tour du Trehkopf nous sont offertes. L'une en rejoignant le Markstein par le sentier (rectangle rouge) qui longe la Route des Crêtes, l'autre, par la ferme-auberge du Steinlebach, alt.1135m. Dans les deux cas, la ferme-auberge du Treh d'où nous sommes partis, sera ralliée depuis le Markstein par le sentier (rectangle rouge_blanc-rouge) qui dessert les refuges AVW, AAVM et SCM depuis la route D27 Markstein-Kruth.

Le cirduit par le Steinlebach, bien qu'étant un peu plus long, est toutefois plus intéressant que le raccourci le long de la Route des Crêtes. Nous descendons donc la route qui mène au Steinlebach par le chalet LE POINT en moins d'un kilomètre.

En face de la ferme part le sentier(triangle rouge) vers le Markstein. Nous le suivons sur 500 m à travers une chaume o* végètent quelques sapins déformés par les intempéries. Des squelettes remarquables de sapins isolés jalonnent notre chemin. Ils n'ont plus rien de majestueux. Exposés aux vents, aux tempêtes et au froid de l'hiver, ils sont plantés là comme des statues, bravant tous les temps, ressemblant à un tableau de nature morte.

Sur notre droite, le ballon dénudé du Jungfrauenkopf qui couronne le site du Markstein est impressionnant. Sa beauté est altérée par 4 saignées de pistes de ski et de remontées mécaniques. Passé une chicane, nous entrons dans une hêtraie d'altitude avec ses troncs tordus et bas, éprouvée par le vent et les températures estivales fraîches.
Nous entrons maintenant dans une clairière où coule une source aux eaux claires et traversons la saignée d'un remonte-pente. Le sentier, devenu rocheux et humide, est coupé par le Steinlebachrunz. Encore une hêtraie large d'une centaine de mètres et une large piste de ski qui déambule du Jungfrauenkopf, puis un beau pâturage où la vue dégagée porte sur la ferme-auberge du Steinlebach et le lac de la Lauch aménagé dans les années 1889 à 1894, dominés par le Breitfirst alt.1280m, le Lauchenkopf alt 1314m et le Klinzkopf alt.1330m. Suivent encore une hêtraie et une étroite saignée de télé-ski qui monte au Jungfrauenkopf par le vallon de la Lauch, avec son lac alimenté par le ruisseau du Jungfrauenrunz.

Notre sentier est devenu chemin forestier. Il mène au Markstein à travers une hêtraie entrecoupée de clairières. Nous trouvons sur notre gauche le chalet Schlumberger et sur notre droite le refuge du Ski-Club Vosgien de Mulhouse, construit en 1925, dénommé depuis 1931 Chalet Nansen, en mémoire de l'explorateur polaire Fridtjof Nansen, pionnier du ski et Prix Nobel de la Paix en 1922. Nous aurons marché 2,5 km depuis la crête. Le chemin se poursuit, plat et gravillonné. Suit une clairière d'où nous apercevons encore une fois le lac de la Lauch, puis la station d'épuration du Markstein sur notre gauche. Dans la prochaine clairière part sur notre droite un chemin rocailleux en montée que nous empruntons pour le délaisser 100 m plus loin, à la vue sur la gauche, de la chapelle toute blanche de Notre Dame des Neiges. Nous la rejoignons pour gagner le chemin macadamisé au-dessus, qui mène depuis l'ancien Grand-Hôtel au chalet d'accueil du Markstein tout proche.

Nous nous acheminons maintenant vers le grand carrefour à 300 m pour remonter encore 300 m la route vers Kruth. A l'entrée d'un chemin gravillonné à gauche, part sur la droite le sentier des refuges qui conduit à la ferme auberge du Treh d'où nous sommes partis. (rectangle rouge-blanc-rouge)

Nous passons immédiatement près du beau refuge des Amis des Vosges de Wittelsheim-Graffenwald (ACWG) construit en 1947, avec à ses pieds le profond vallon de Ranspach avec sa cascade du Bruscherrunz. A quelques mètres du refuge est captée une source à l'eau limpide et séduisante. Elle jaillit d'une banale canalisation de fortune et se déverse dans une fontaine dont les eaux recueillies dans un bassin se perdent dans la nature comme tant d'autres de ses soeurs de chaumes. Nous suivons sur 600 m et à pas feutrés le magnifique sentier vosgien dans une hêtraie bien aérée. Presque plat au début, le sentier part en légère montée avant de sortir sur un petit pré en contre-bas de la route de Kruth.

A notre gauche, une fontaine en bois et un puits de captage d'eau pour alimenter le refuge suivant. Le sentier coupe le chemin rocailleux d'accès au refuge de l'Association des Amis des Vosges de Mulhouse (AAVM) construit en 1952 dans une sapinière, et se poursuit dans la toujours aussi magnifique hêtraie, vrai paysage de parc qui distille du parfum du matin au soir, dont la traversée est un véritable enchantement. Deux petites roches en bordure du sentier semblent vouloir inviter le promeneur fatigué à s'asseoir pour un petit repos.

Au bout de 750 m nous débouchons sur le chemin rocailleux qui descend de la route de Kruth pour rejoindre le refuge du Ski-Club Treh construit en 1928, et 350 m plus loin la ferme-auberge du Treh, nouvellement restaurée par les sympathiques fermiers-propriétaires Jean-Paul et Geneviève DEYBACH, anciens fermiers du Molkenrain

Nous aurons marché environ 9 km en 2h30' autour du Trehkopf et du Jungrauenkopf, avec un dénivelé de 70 m.

 
 
 1  2  3  4 ... 6  7  8 
Page suivante »
Historique du Markstein 
 
 
Aucune note
Ecrit par: Webmaster Le: 11/02/12


Vous n'êtes pas autorisé à voir les commentaires